The Director Macron has now end up being the most unpopular of your Presidents of France.

Emmanuel Macron a mentionné qu’il souhaitait contrôler comme le Romain notre dieu Jupiter, en restant au-dessus de la mêlée des émissions gouvernementales. Mais au-dessous de quatre-vingt-dix jours du bureau du président français, les numéros de téléphone de son sondage prouvent à quel point il est mortel. Un sondeur dépendant du Royaume-Uni, YouGov, a signalé une baisse en six étapes du score d’autorisation du jeune dirigeant, qui est passé de 43% à 36% au cours du mois de juillet. Le sondeur français Ifop a connu une baisse identique au sein de la même période, mentionnant que: « Mis à part Jacques Chirac en juillet 1995, un nouveau directeur exécutif n’a jamais vu son taux de reconnaissance chuter aussi rapidement pendant la période estivale une fois la sélection effectuée. » En juin, les deux Macron et son ministre parfait, Édouard Philippe, ont constaté que leurs taux d’approbation étaient passés de 62 à 64% et de 55 à 64%, respectivement. Cependant, le degré de popularité n’est pas totalement en dehors de la tradition. Le président précédent, François Hollande, adorait une autorisation de 56% à la même période de sa présidence; son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, était supérieur, avec un pourcentage de 66%. Le plus étrange est peut-être simplement combien de temps dure la réputation de Macron. Sa présidence a bénéficié de nombreuses améliorations au début, telles que des événements plus médiatisés avec des dirigeants internationaux, dont le chef de l’exécutif Trump (tous deux engagés dans une poignée de main désormais bien connue que Macron a avouée plus tard, était censée montrer qu’il ne ferait pas de concessions. ) et Vladimir Poutine (Russie) (dans lequel Macron a honnêtement accusé les médias russes d’être «des agents de l’affect et de la propagande»). Le profil de l’utilisateur diplomatique de Macron (la France figurait au premier plan dans une étude menée douze mois par mois, dépassant à la fois les Etats-Unis et la Grande-Bretagne) a été évoqué lors de tels événements, mais il n’a guère pour effet d’atténuer les problèmes qui se posent chez vous. Jérôme Fourquet, spécialiste de la science politique à l’Ifop, a déclaré que la foule entourant Trump et les nominations de Poutine avaient été réalisées avec colère par le public français, qui n’a pas aimé le directeur. Mais il a également attribué la baisse de la réputation de Macron à ses offres de révision du régime des efforts du pays, voire à ses 850 millions d’euros de moins que le budget de sauvegarde de cette année, ce qui a entraîné la démission de Standard Pierre de Villiers, le chef de l’armée française. «Il a fait campagne pour l’idée d’essayer de réduire la taille de l’État français, pour finalement lui permettre d’être plus compétitif», a déclaré le docteur. David Lees, spécialiste de l’université ou de l’université de Warwick, spécialisé dans la politique nationale française, m’a expliqué. « Ces choses seront certainement confirmées comme impopulaires, car elles impliqueraient un bouleversement majeur de la manière dont la France fait des affaires. » Ce bouleversement comprend, entre autres, la réduction du nombre de législateurs français par un tiers, la réduction des investissements publics ouverts et l’utilisation de plusieurs industries -des réformes économiques agréables (y compris la nouvelle réglementation qui offre aux employeurs une plus grande mobilité pour embaucher et inciter des personnes)

Le chef d’escadron

Il a discuté des règles en l’air, comment important était de déterminer que votre cible était, en fait, un ennemi et non un ennemi. amical, et que seuls les chefs de grève prendraient les décisions cruciales. Il a souligné les types de défaillances des systèmes qui justifieraient le retour en arrière, qui étaient essentiellement pas beaucoup. Les chefs de grève passeraient également cet appel, à moins que le pilote n’ait choix mais partir. En parlant, Aucoin remarqua la prédominance des «yeux de chiot» et des ness ”dans la chambre. Ils écoutaient avec plus d’attention qu’il n’avait vu dans certains temps. « Je n’avais pas besoin de leur dire de se taire au fond de la pièce. » ils avaient généralement lors de telles réunions était absent. Brurud se souvient: «Il y avait ceux qui ont l’apparence suivante: «Allez, allons-y, fais-le. J’ai attendu toute ma vie. ’Et d’autres incrédules, comme: «Je ne peux pas croire que cela se produit réellement. En fait, nous allons bombarder un autre pays. » La réunion a duré plus d’une heure. Aucoin voulait autant donner et prendre que possible sible. « Ils avaient besoin de parler. » Puis il a terminé avec une invitation: « Je leur ai dit, « Si vous avez trop peur … que ce soit la famille, spirituel, ou si vous ne croyez pas en la guerre, ou quelque chose d’autre vous retient… s’il y a quelque chose que je vous demande faites cela au-delà de l’appel, s’il vous plaît… vous devez me le faire savoir…. De Bien sûr, personne ne va lever la main dans un groupe. Mais tu dois venir voir moi, et nous pouvons y arriver. Nous pouvons toujours jongler avec le calendrier… » Il l’a laissé à cela. Pas de pression. Pas de réaction. Viens le voir plus tard dans son état- pièce. Il ne voulait pas que les hommes choisissent de se retirer lorsque leur vie en dépendait. Il prendrait soin de lui, sans poser de questions. Et il a compris. “C’était une grande chose qu’ils étaient sur le point de le faire », a-t-il rappelé plus tard. Beaucoup d’entre eux étaient mariés et avaient des enfants. Lui-même, célibataire vivace la majeure partie de sa vie, avait ses propres préoccupations avec son nouvelle famille. Entrant dans la tempête du désert, il a déclaré: «Je n’étais pas marié. Je n’ai même pas eu une petite amie. Je veux dire, j’ai sauté dans l’avion comme « Yee Haw! » Mais cette fois. Ce le temps était différent. J’ai eu une femme et un petit garçon… Il met un stress supplémentaire dans votre la vie. » Davantage d’information est disponible sur le site de l’organisateur de ce vol en avion de chasse.

Vivre en Arizona

Scottsdale, une ville de plus de 180 habitants située au cœur de l’état de l’Arizona, a été constituée en 1951. «Le meilleur endroit pour vivre le golf en Amérique», «Villes les plus vivables», «Un endroit fabuleux pour Retire « et » Number One Resort Community in America « sont quelques-uns des noms associés à cette célèbre petite ville de 240 000 habitants. Les Indiens appelés Hohokams ont développé ces terres pour l’agriculture pendant des centaines d’années en utilisant leur système d’arrosage manuel pour arroser leurs plantes. Ils étaient supposés être les premiers colons de l’actuel Scottsdale, environ 800 à 1200 après JC Winfield Scott avec son frère George Washington Scott, les fondateurs de Scottsdale, sont arrivés vers 1888 et ont acquis 600 acres de terres à proximité de Phoenix et ont décidé de faire pousser la région avec des tilleuls. Mais en raison des fortes pluies, l’Indian Bend Wash a débordé et a provoqué une énorme inondation qui a finalement détruit la majorité des orangers en 1891. Quelque part vers les années 1890, la ville a commencé à être connue sous le nom de « Scottsdale ». 1897 après l’arrivée du service postal américain honorant ses pionniers. Le terrain fut ensuite acheté par les McCormicks en 1947 et transféra Motorola en 1956 dans le secteur sud de Scottsdale. Les décisions commerciales formulées par les McCormicks ont fortement influencé le développement de la ville et ont accepté de nouvelles entreprises. Dans les années 60, les ingénieurs de l’armée américaine prévoyaient de cimenter le lit asséché de l’Indian Bend Wash afin de créer une immense voie navigable, mais les habitants ont décidé d’installer un réseau de parcs et de terrains de golf , qu’ils considéraient aussi efficace que le canal cimenté, mais plus sûr pour l’environnement. Pour cette raison, de nombreux terrains de golf sont rapidement sortis. Beaucoup des premiers occupants ont emménagé à cause de leur état de santé; les quelque 300 jours de grand ensoleillement ont probablement eu une excellente influence sur eux, comme c’est toujours le cas. La lumière du soleil est en effet difficile à résister et doit être le but premier des 200 000 citoyens en ce moment pour choisir Scottsdale. Old Winfield ne distinguera probablement pas l’emplacement de nos jours. Le nombre de nouveaux individus, d’idées novatrices et d’avancées innovantes ne cesse de croître, car les individus recherchent leur calme au soleil pour vivre et faire des affaires dans un cadre paisible. Les habitants pionniers n’imagineraient pas Scottsdale ces jours-ci. Le petit quartier agricole s’est transformé en un lieu de villégiature de grande classe qui comprend les meilleurs hébergements, des spas, des restaurants et des magasins. Avec environ 200 000 habitants et se levant chaque jour, il serait difficile pour les anciens frères Scott d’identifier le lieu d’aujourd’hui. Scottsdale est certainement un excellent endroit pour s’installer, et les choses sont propres et aménagées. Pas de grands panneaux d’affichage comme les autres villes que vous avez probablement visitées. La taille de la structure est contrôlée, pour vous assurer que vous pouvez avoir au moins un aperçu de la campagne. Ce n’est pas la lumière du soleil et le climat qui ont facilité la mise en valeur de Scottsdale. Avec tous les hôtels, complexes hôteliers et hébergements couvrant le désert, les terrains de golf peuvent-ils être abandonnés? Le premier parcours de golf à 9 trous a été construit en 1929. Aujourd’hui, il y a plus de 120 terrains de golf à Scottsdale dans les limites de la ville. Le golf, les stations balnéaires, les hôtels écologiques et un aperçu du «vieil ouest sauvage» attirent des visiteurs du monde entier. Scottsdale attire également des designers et des artistes. Jetez simplement un coup d’œil à une centaine de galeries gratuites le long de la rue principale et vous verrez que c’est réel. Frank Lloyd Wright est arrivé en ville et a commencé son éducation pour les concepteurs à Taliesin West et l’art a excellé depuis cette époque. Cependant, si vous êtes simplement en visite, peut-être aimerez-vous vos vacances avec environ 50 hôtels à Scottsdale, sentir le soleil, profiter du golf et profiter des restaurants et des lieux de divertissement nocturnes. Si vous transférez ici, vous serez ravi de savoir à quel point vous étiez habile à choisir Scottsdale, en Arizona, comme ville natale. En espérant planifier une escapade et réserver avec l’un des 64 hôtels de Scottsdale? Vous découvrirez une superbe sélection où RL Varner, auteur de voyages accompli, présente des informations fascinantes sur les destinations du monde entier et vous explique comment, en choisissant simplement de réserver dans les hôtels «verts», une personne peut certainement être plus respectueux de l’environnement lorsqu’ils voyagent.

Faire des pintxos

Il paraît qu’à une époque, les femmes restaient au foyer et s’occupaient de la cuisine, et concoctaient de délicieux petits plats pour leurs maris quand ils rentraient du travail. Las, cette époque est révolue. Désormais, les hommes doivent se coltiner à part égale la préparation des repas. Mais je dois dire que depuis peu, j’y trouve un certain plaisir. J’essaie même de m’améliorer pour concocter des plats de plus en plus sophistiqués (enfin, tout est relatif…). Le week-end dernier, j’ai même effectué un cours de cuisine à San Sebastian. Je craignais de me sentir de trop dans un tel cadre, mais mes craintes se sont vite dissipées une fois sur place : l’ambiance était en effet franchement amicale. Et puis, je n’étais pas le seul débutant. Je craignais de me retrouver avec des cordons bleus, mais heureusement, il y avait des gens de toute sorte. Si quelques-uns avaient l’air d’avoir de l’expérience, d’autres étaient tout le contraire. Du copu, je me situais un peu au milieu. Cette différence de niveau entre particpiants aurait pu être un problème, mais à vrai dire, ça a été le contraire : les cuisiniers chevronnés assistaient en effet les moins doués et leur montraient leurs trucs et astuces. La prévenance du chef a pas mal aidé à élaborer cette solidarité de tous les instants, je dois dire : il circulait d’un fourneau à l’autre, toujours avec un encouragement au coin des lèvres. Parfois j’avais la sensation d’être un enfant qu’on complimente pour la carte de voeux qu’il a construit pour sa maman. Mais ça ne me contrariait pas, finalement. Après tout, ce n’est qu’en étant d’abord petit qu’on peut devenir grand… Le seul bémol de ce cours, au final c’est que je ne vais sans doute pas refaire les plats que j’ai pu concocter dans le cadre de cet atelier : ils étaient en effet assez complexes à préparer, et donc totalement inutile pour une cuisine familiale de tous les jours. Cependant, j’y ai tout de même découvert quelques techniques dont je ne me passe plus. Au point qu’il m’arrive parfois de me prendre au sérieux en cuisine, désormais… 🙂 Si vous cherchez à vous améliorer, en tout cas, je recommande : j’y ai passé un excellent moment. Je vous mets en lien le site où j’ai trouvé ce cours, si vous voulez jeter un oeil au menu… Pour en savoir plus, allez sur le site spécialiste de ce atelier de cuisine à San Sebastian.

 

Intensifier le développement de tiers-lieux et les espaces de coworking en Île-de-France

Le numérique favorise le travail hors des murs de l’entreprise (à domicile, dans les transports, les lieux publics), phénomène accéléré par les nouveaux modes de production en développement (innovation ouverte et ascendante, culture numérique et travail en réseau, travail collaboratif). Ces nouvelles formes de travail s’accompagnent de besoins en immobilier de bureaux spécifiques : espaces de coworking, espaces modulaires, bureaux partagés, showrooms. Des bâtiments hybrides mêlant des fonctions multiples (incubation, accueil des start-up, commerces, prototypage, fab labs, etc.) se sont développés. Ils sont souvent financés par le secteur public (Le Cargo dans le 19e arrondissement), se transformant parfois en structure de droit privé (Numa dans le 2e arrondissement) ou, phénomène plus récent, soutenus par le privé dès l’origine (halle Freyssinet et Usine IO dans le 13e arrondissement). Sur ces sites, le développement du haut débit est essentiel tant le raccordement de chaque site d’activités au réseau numérique rapide est un facteur pris en compte dans le choix d’installation d’un nombre croissant de sociétés. À Paris, au cours des dix dernières années, plus de 100 000 m2 d’incubateurs ont été construits ou sont en cours de livraison pour répondre à ces enjeux. Mais, si le cœur francilien ne manque pas de ces nouveaux lieux, le reste de la région, en dehors des campus universitaires ou des grandes écoles, reste assez pauvre. L’enjeu est désormais de mailler le territoire régional, dans des secteurs offrant des services urbains, et plus uniquement la capitale, afin que l’économie de la connaissance irrigue l’ensemble du tissu économique, des entrepreneurs et des territoires. Une entreprise délicate car les investisseurs privés sont nettement moins nombreux à « s’aventurer » au-delà de la zone centrale.

Trump attaque l’Europe sur Google

Le leader américain Donald Trump a critiqué mercredi le niveau occidental de la sélection de la concurrence à 5 milliards de yuans mercredi, exprimant que l’UE a expérimenté « une bonne chose sur les Etats-Unis » Il a écrit jeudi sur Youtube: « Je vous ai informé! un bien de 5 milliards de dollars sur l’une de nos merveilleuses entreprises, Google, qui ont vraiment profité des États-Unis, mais pas trop longtemps! Trump semblait utiliser le bien antitrust comme un outil dans le conflit de l’industrie en cours avec le Western Union. Mercredi, il est vulnérable « rétribution incroyable » contre l’UE, sauf quand le bloc croit aux grandes concessions de l’industrie. Il est corrélé avec la détermination du Commissaire à la concurrence de l’Ouest à de grands moteurs de recherche la plus grande sanction antitrust nivelé sur une seule entreprise, plus que son abus de la proéminente plate-forme cellulaire Google android. Margrethe Vestager déclaré moteurs de recherche expérimentés utilisé son logiciel mobile préféré pour sauvegarder sa position de recherche. La recherche a débuté en 2015, avant de faire la cour à la présidence de Trump de plus de 12 mois, et ce n’est pas tout de suite lié à l’achat et à la vente entre les États-Unis et l’Union européenne. Vestager a été interrogé sur Trump mercredi, étant donné le cadre d’anxiété croissante entre votre UE et les États-Unis. Un journaliste a cité Trump, qui a déclaré au président de Western Payment, Jean-Claude Juncker, lors de la réunion du G7 le mois dernier: « Votre femme fiscaliste déteste les Etats-Unis. » Vestager plaisantait à quel point le document était juste à moitié vrai. « Je travaille vraiment ensemble avec l’impôt sur le revenu et je suis une fille dans l’ordre qui est tout à fait approprié », a-t-elle déclaré, mais en plus: « Je ressemble à l’Amérique ». Trump intensifie sa rhétorique contre le syndicat, décrivant l’UE comme un «ennemi» de vos États-Unis. Trump a imposé des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium importés de votre UE, et envisage également de les étendre pour impliquer les voitures. Le leader est le résultat d’entretiens avec le directeur général de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avec la Résidence de couleur blanche après ces quelques jours, où il pourrait choisir de parler du bien de Yahoo une fois de plus.

Suivre le mouvement

Mercredi dernier, j’ai participé à un meeting à Boston pour le travail, et j’ai pu constater une nouvelle fois comme ce genre d’événement a des règles qui lui sont propres, et comme celui qui ne les maîtrise pas peut s’en mordre les doigts.
Un collègue a en effet récemment intégré notre équipe. De fait, il s’agissait là de son tout premier meeting avec nous. Et s’il a très bien commencé le voyage, il a fait le deuxième jour une boulette qu’il ne risque pas d’oublier de sitôt : il n’a pas voulu faire la course en sac. Si ça ne paraît pas grand-chose, à première vue, ça n’est pas sans conséquence. Parce qu’en agissant ainsi, il est devenu en un instant le coincé du cul du voyage. Et ce qui est pire, c’est que cela a eu une incidence au bureau. Avant ce voyage, c’était le gars sympa qui travaille dans le bureau d’à côté, et que tout le monde avait envie de connaître. Depuis notre retour, c’est la « tête de gland » qui ne daigne pas se mêler à la plèbe. Moralité : il ne faut jamais boycotter les activités organisées dans ce type d’événement. Même quand on ne sait pas faire. C’est indispensable si l’on veut être bien intégré parmi ses collègues. La personne qui se rebiffe jure aussitôt avec le reste du groupe. Refuser une aussi petite chose peut bien sûr paraître sans conséquence, mais cela en a, une fois de retour au bureau.
Autre truc que l’expérience m’a appris : toujours se méfier de l’openbar. Parce que, même si l’ambiance est détendue, il vaut faire attention à ne pas trop boire. Pourquoi ? Pour une raison toute simple. Un jour, lors d’un meeting au bord de l’eau, j’ai vu un collègue se mettre une miurge impressionnante. Et celle-ci l’a poursuivie pendant des années. Malgré le formidable boulot qu’il fournissait, il est resté après ce soir-là, et pour tout le monde, le gars qui s’était endormi à table, juste à côté des cadres de la direction. Je peux vous dire que son évolution dans l’entreprise a pris fin à partir de ce moment.
Il faut bien comprendre qu’en meeting, les collègues ne deviennent pas brusquement des amis. Le supérieur hiérarchique reste le supérieur hiérarchique, même s’il est en chemise décontractée et qu’il vous tutoie. On peut plaisanter avec eux mais il faut toujours faire attention à rester sur ses gardes. J’ai vu des collègues payer pendant des années le fait d’avoir omis ce « détail ».
Cela dit, dès lors qu’on connaît les règles, le voyage devient plus facile et plaisant. J’ai d’ailleurs bien apprécié ce meeting à Boston, où je n’étais encore jamais allé ! Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du site sur ce séminaire aux USA qui est très bien rédigé sur ce sujet.

Le cas de l’automobile et l’interface homme-machine

L’automobile, qui a reposé sur l’invention du moteur à combustion interne, technologie-clé de la deuxième révolution industrielle, est l’industrie emblématique du XXe siècle en Occident, au cœur des mutations non seulement technologiques mais également sociales, en offrant à la population ce qui était auparavant impensable : la mobilité individuelle. L’histoire industrielle ne va pas sans rebondissements, rappelle Sylvain Allano. À l’aube de son développement – entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle – l’industrie automobile misait sur le moteur électrique qui avait le double avantage d’être fiable et peu bruyant. Le moteur thermique à combustion interne est pourtant parvenu à le supplanter, notamment grâce aux progrès spectaculaires de l’aéronautique. Cet âge d’or du moteur à combustion interne arrive-t-il aujourd’hui à sa fin et allons-nous voir le retour triomphal du moteur électrique ? C’est en tout cas une question à laquelle réfléchissent aujourd’hui tous les constructeurs. L’industrie automobile est d’ores et déjà entrée dans un nouveau paradigme lié à l’arrivée des matériaux composites. En outre, les progrès des capteurs et des capacités de traitement numériques rendent les voitures de plus en plus autonomes et font de l’interface homme-machine un enjeu central. C’est sans doute là que se trouve la véritable révolution. Le développement de l’intelligence artificielle est une étape-clé, indispensable pour assurer une sécurité optimale, condition sine qua non de l’essor du véhicule autonome. Les questions de cybersécurité et de liberté de mouvement – qui a le contrôle in fine du véhicule ? – se révèlent de plus en plus cruciales. Le secteur de l’industrie automobile s’est adapté aux changements apportés par le numérique en promouvant l’innovation ouverte, par exemple en ouvrant les laboratoires ou en ayant recours à des robots collaboratifs. La course à l’innovation a également modifié le recrutement car elle a engendré une demande de travailleurs hautement qualifiés qui devrait rester élevée dans les années à venir. Autre bouleversement dans ce secteur : les données jouent désormais un rôle central. La question de la valeur qui leur est associée reste cependant posée. Les informations relatives à l’état de la route sont ouvertes alors que les données relatives au fonctionnement du véhicule appartiennent au seul constructeur. La valeur est-elle plutôt déterminée par la nature des données ou par la capacité à les capter et à les transmettre à la tierce partie qui saura les exploiter ? Quel est l’impact des technologies numériques sur la chaîne de valeur ? S’agit-il d’une création ou plutôt, dans la plupart des cas, d’un transfert de valeur entre acteurs ? Les nouveaux acteurs des technologies numériques participent fortement à ces transformations des chaînes de la valeur. Tesla Motors, par exemple, cherche à diffuser largement le véhicule électrique. Le succès d’une telle stratégie suppose cependant des coûts de production abordables – un défi de taille. Les comportements des utilisateurs orientent aussi les évolutions technologiques, ainsi que l’illustre l’économie du partage, dont Blablacar est la principale figure française. Ces nouveaux modèles transforment la relation de l’industrie automobile à ses clients : de propriétaire d’une automobile, le client passe au statut d’usager d’un service de mobilité, ce qui affecte en retour les constructeurs amenés à concevoir des véhicules plus résistants, adaptés à des usages partagés. C’est déjà le cas aujourd’hui pour un service comme Autolib. L’un des enjeux reste évidemment le contact direct avec l’utilisateur. Par le passé, le marketing commençait par imaginer un véhicule, puis cherchait les clients qui pouvaient correspondre à cette offre. Aujourd’hui, c’est la demande des utilisateurs qui génère l’offre. Et demain, l’enjeu pour les constructeurs consistera à maintenir ce contact direct, malgré les nombreux acteurs qui se pressent pour tenir ce rôle.

Autriche: la fin d’un géant

L’entrée sur le marché d’une nouvelle console de jeu est en général un heureux événement, attendu par de nombreux joueurs et résolument festif. En général, du moins. Car pour avoir assisté en direct à la présentation de la Switch, il semble que Nintendo soit parvenu à se mettre à dos la plupart des joueurs avant même de lancer son futur bébé : un exploit ! Même de fervents défenseurs de la firme ont fait part de leur déception. Cela dit, pas tout le monde. Il y en a encore qui croient au succès à venir de la Switch. Il y a deux semaines, ma famille et moi avons par exemple effectué un voyage de groupe à Vienne en Autriche. J’y ai fait la connaissance d’un autre geek, et nous en avons discuté un soir. C’était un fan boy pur et dur, et il m’a fait les louanges de la console en long, en large et en travers. Mais je dois dire que c’est bien le seul qui m’ait tenu un tel discours, malgré tous ses arguments, je reste très pessimiste quant au succès de cette console. A mes yeux, Nintendo a vraiment commis une erreur. Sa console est un ovni, comme toujours, comme l’a été la Wii en 2006. Mais là, je doute que la console trouve son public. Le motion gaming qu’elle propose est certes plus précis que celui proposé par la Wii en 2006, mais reste au final tout à fait gadget. On le voit avec la série de mini-jeux qu’offre 1,2 Switch : ce sont des jeux dont on se lasse le plus souvent au bout de 30 secondes, et qui s’avèrent, pour certains d’entre eux, carrément consternants. Alors c’est un fait, le principe de base de la console est plutôt pas mal : le fait de marier deux consoles en une est en soi un rêve de joueur. Mais le concept n’est à mes yeux pas assez poussé pour justifier un tel achat. Les consommateurs en ont assez de se faire plumer, et le prix prohibitif de la console et de ses accessoires est un sacré rebutoir. En clair, je ne suis pas sûr que Big N se sorte de ce mauvais pas : c’est peut-être la fin du géant moustachu à laquelle on assiste là !

Sinon, j’ai fortement apprécié ce voyage de groupe. Je ne risque pas de l’oublier de sitôt. Je vous mets d’ailleurs en lien le prestataire auquel nous avons eu affaire, pour ceux qui auraient des envies d’évasion… Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de de l’organisateur du voyage en Autriche.

Améliorer l’écosystème industriel français

Ces dernières années, des initiatives ont été prises pour améliorer l’écosystème industriel français. Le plan de 2013 pour une nouvelle France industrielle a recensé neuf grands secteurs dans lesquels il serait possible de transformer l’industrie grâce à une utilisation accrue des technologies de l’information. Selon la Cour des comptes française (Cour des comptes, 2016), il existe de vastes possibilités de relier plus étroitement les pôles de compétitivité à ces neuf secteurs clés. Étant donné que le programme actuel des pôles de compétitivité prendra fin en 2018, il est possible de renforcer les synergies entre ces neuf secteurs clés et le prochain programme des pôles de compétitivité. En outre, en 2018, la France va lancer un nouveau programme visant à promouvoir l’innovation radicale: le Fonds pour l’innovation de rupture. 10 milliards d’EUR sont financés progressivement par la vente de participations dans des sociétés sous contrôle de l’État. Il reste encore à préciser ce sur quoi le fonds mettra l’accent. Une possibilité consisterait à cibler des secteurs prometteurs dans lesquels la France est relativement bien placée, tels que l’intelligence artificielle (OCDE, 2017). La France possède un très bon capital humain dans les domaines présentant un intérêt pour l’innovation et la production scientifique. La proportion de diplômés français en sciences, en technologies, en ingénierie et en mathématiques est supérieure à la moyenne de l’UE et continue d’augmenter. En outre, les compétences en matière d’entrepreunariat et d’innovation font partie du cursus des étudiants de toutes les disciplines (Commission européenne, 2017). Le nombre des bénéficiaires du statut d’étudiants-entrepreneurs a presque doublé entre 2015 et 2016.